Catégorie 1 : 43€
Catégorie 2 : 33€
Catégorie 3 : 25€ 

 

BILLETTERIE

Fermée jusqu’à nouvel ordre.

 

Attachée de presse

Dominique Racle
dominiqueracle@agencedrc.com

 

Diffusion

Horatio Production et Diffusion
Camille Caratti : 07.76.96.94.70
diffusionhoratio@gmail.com

à partir du 22 septembre 2020

3 farces d’Anton P. Tchekhov :
Le chant du cygne
Les méfaits du tabac
Une demande en mariage

Avec Jacques Weber
Manon Combes et Loic Mobihan

Mise en scène : Peter Stein

 

Admirateur et fin connaisseur de l’œuvre de Tchekhov (il lui a consacré un essai en 2002 intitulé Mon Tchekhov), Peter Stein, l’une des plus illustres figures de la mise en scène européenne, s’attelle à 3 courtes pièces du célèbre écrivain. Pour l’occasion, il compte célébrer la dimension farcesque des œuvres tout en exaltant la richesse et l’extrême pertinence du réalisme psychologique qu’elles recèlent.

À cet effet, Peter Stein, après Le Prix Martin d’Eugène Labiche, La dernière Bande de Samuel Beckett et le Tartuffe de Molière, a fait de nouveau appel à un monstre sacré de la scène, Jacques Weber. Le comédien protéiforme campera tour à tour un vieil acteur se réveillant après un temps d’ivresse dans un Théâtre vide, un économe sous la domination tyrannique de sa femme devant se livrer à une conférence et un père désireux de marier sa fille à un prétendant qui ne va générer que de la haine et de l’hystérie.

Les Méfaits du Tabac et Une demande en mariage font sans doute partie des courtes pièces devenues de grands chefs d’œuvres figurant au répertoire des théâtres les plus renommés à travers le monde. En revanche, beaucoup moins représentée, Le Chant du Cygne s’avère une pièce singulière et enchanteresse qui explore entre humour et tragédie la question du gouffre entre l’idéal et la réalité, entre le romantisme et le réel.

Ce qui fait dire à son auteur à son sujet : «J’ai écrit une pièce en quatre petits quarts. Elle se jouera en 15-20 minutes. Le plus petit drame au monde… en général, c’est beaucoup mieux d’écrire des petites choses que des grandes : peu de prétention et succès assuré. Que demander de plus ? Ce drame, j’ai mis une heure et cinq minutes à l’écrire.»

 

REVUE DE PRESSE :

« C’est un plaisir de voir réunies ces trois pièces dans une soirée qui scelle l’entente entre un acteur et un metteur en scène d’exception […] plus le temps passe, plus l’on rit, dans cette Crise de nerfs. » – Le Monde.

« Jacques Weber endosse les rôles avec jubilation » – Le Figaro.

« Jacques Weber ici impressionne. Son jeu atteint une forme libre d’ampleur, de virtuosité. » – La Terrasse.

« Une direction d’acteurs exquise et des acteurs au petit poil. » – Médiapart.

« Un formidable moment de théâtre, immanquable par ces temps perturbés tant il est réconfortant ! Merci. » – Ce qui est remarquable.

« Une perfection vertigineuse […] Stein et Weber ont l’évidence du génie théâtral. » – Froggy’s delight.

« Voici un spectacle composite et étonnant, à la finesse d’une marquèterie minutieuse, au grotesque raffiné d’une explosion de sentiments et à l’abattage sensuel, charnel presque, de comédiens survoltés, justes et précis. Je recommande vivement ! » – Spectatif.

« Jacques Weber magistral, dans trois farces plutôt rares de Tchekhov. » – Singulars.

« Un metteur en scène, Peter Stein, dont la direction d’acteur donne ici une palette de couleurs d’une variété et d’une subtilité saisissantes, parce que presque invisible tant les comédiens irradient et happent la salle et l’attention des spectateurs […] Au final, ça fait un bien fou de rire, d’oublier le reste, et d’être là, tout simplement. » – Théâtrelle.

« Ici tout est parfait, de la mise en scène de Stein à l’interprétation des trois comédiens. Une fête théâtrale que l’on déguste avec plaisir. » L’œil d’Olivier.

« La crise de nerfs et la crise de rire sont totales ! » – La Gazette du théâtre.

« Des petites pièces de Tchekhov, c’est tout de même du Tchekhov ! Toute l’humanité qui habite ses grandes œuvres sont déjà là et on les apprécie d’autant plus que c’est un grand acteur qui les porte. » – SNES.

« Peter Stein souligne le trait et pousse à la farce, les comédiens s’en donnent à cœur joie pour emballer la mécanique chaplinesque, et cette dernière pièce clôt une soirée de rires et de larmes. Merci aux artistes ! » – Artistik Rezo.

« Le grotesque monte d’une pièce à l’autre et délasse autant qu’il réjouit les spectateurs heureux de retrouver dans ce jeu un peu du bonheur bridé ces derniers mois. Un délice ! » – La Nouvelle Claque.

« Chapeau bas à Manon Combes qui campe une Natalia Stepanovna vraiment clownesque. Une trilogie pour scruter la nature humaine dont la mise en scène souligne les nervosités. » – M de Montmartre.

« Jacques Weber est capable de tout être, de tout jouer, il étourdit chacun, d’un bout à l’autre du spectacle, d’une même grâce, d’une même folle allégresse, d’une même apparente nonchalance, d’une même ineffable insolence.» – La Croix

« Un moment d’une intensité, d’une précision, d’une densité qui forcent l’admiration. Courez donc toutes affaires cessantes au théâtre de l’Atelier. » – Paris sur scène

« On rit, on est ému, touchés par l’extraordinaire palette de jeu des comédiens dirigés par un metteur en scène qui sert à merveille Tchekhov. » – Artiphil

« Jacques Weber y va de toute sa démesure. Il est prodigieux. […] Manon Combes se montre comme Loïc Mobihan dignes du prestigieux héros de la soirée. » – Allegro Théâtre

« Si vous voulez rire, vous émouvoir, retrouver la force de la théâtralité de l’oeuvre de Tchekhov et vous laisser emporter par la virtuosité de Jacques Weber et de ses deux complices, n’hésitez pas et réservez vite vos places ! » – La rue du bac

« Un grand Monsieur, des textes prenants, une mise en scène sans excès. Ca c’est du théâtre. Du théâtre que regretteriez de manquer. » – Je n’ai qu’une vie

« Oui, il serait dommage de passer à côté de ce magnifique moment de théâtre. Un moment d’une intensité, d’une précision, d’une densité qui forcent l’admiration. » – De la cour au jardin

« Il faut avoir vu, voir et revoir Jacques Weber. » – Culture Tops

 

Catégorie 1 : 43€
Catégorie 2 : 33€
Catégorie 3 : 25€

Tarif moins de 26 ans*
Tarif Voisins du 18ème*

*Vous pouvez bénéficier de ces tarifs préférentiels uniquement en vous présentant 1 heure avant à la billetterie du Théâtre, en fonction des places disponibles, sur présentation d’un justificatif.

Catégorie 1 : 43€
Catégorie 2 : 33€
Catégorie 3 : 25€

 

BILLETTERIE

Fermée jusqu’à nouvel ordre.

 

Attachée de presse

Dominique Racle
dominiqueracle@agencedrc.com

 

Diffusion

Horatio Production et Diffusion
Camille Caratti : 07.76.96.94.70
diffusionhoratio@gmail.com