MENU

LETTRES A FELICE

Franz Kafka

ISABELLE CARRE    
DOMINIQUE PINON


Adaptation et mise en lecture
BERTRAND MARCOS

DIX REPRESENTATIONS EXCEPTIONNELLES
DU 8 JUIN AU 1er JUILLET à 19h.


Les lettres à Felice nous invitent à partager l’intimité de l’un des plus grands écrivains du XXème siècle, Franz Kafka, à travers les lettres adressées à sa sa première fiancée, Felice.

Franz Kafka rencontre Felice Bauer en août 1912. Commence peu de temps après une longue correspondance amoureuse, qui durera plusieurs années, durant laquelle Felice et Franz se rencontreront à nouveau à quelques reprises, bien que rarement, et se fianceront deux fois, sans que cela ne parvienne pour autant à les mener au mariage.

Ils sont jeunes et vivent éloignés l’un de l’autre. Franz Kafka vit à Prague avec sa famille, tandis que Felice Bauer vit à Berlin avec les siens. Seules ces lettres peuvent les rapprocher. Alors, ils s’écrivent quotidiennement, parfois plusieurs fois par jour. On se demande comment Kafka trouvait le temps de lui écrire autant, tout en travaillant dans une compagnie d’assurance la journée, et en écrivant la nuit de futures grandes œuvres comme La Métamorphose, à la même période. Kafka n’a jamais été reconnu comme écrivain de son vivant, et a dû faire face à une fragilité physique omniprésente, qui se révélera être une tuberculose pulmonaire, qui l’emportera à l’âge de trente-neuf ans.

Ces lettres sont le reflet d’un homme pour qui la vie, et surtout ici l’amour, ont été un combat permanent, une lutte quotidienne acharnée. Elles témoignent du combat d’un homme qui ne s’autorise pas le bonheur, et encore moins la joie d’être aimé. Un homme pour qui, la peur de l’abandon et la conviction de n’avoir rien à offrir d’aimable, semblent condamner un désir d’aimer pourtant indéniable, brûlant, et vital. Il en ressort peut-être en partie une course vaine, sans espoir, et vouée à l’échec, mais il en ressort aussi et surtout un magnifique cri d’amour, dont le retentissement trouvera certainement toute sa place au théâtre.

Bertand Marcos.

Vendredis 8, 22, 29, juin
Samedis 9, 16, 23, 30 juin
Dimanches 10, 24 juin et 1er juillet,
à 19h.


Durée : 1h10
      
Première catégorie :  35 €
Deuxième catégorie : 25 €
Troisième catégorie : 17 €
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience et réaliser des statistiques de visites. OK
je m'inscris à la newsletter
Facebook Théatre Atelier Twitter Théatre Atelier Théatres parisiens associes