MENU
« Stéphane Freiss offre une vraie émotion de Littérature dans La Promesse de L’aubeLe Figaroscope        « Freiss est un diseur admirable.» L’Obs        « La promesse de l’aube, roman autobiographique bouleversant, l’un des plus beaux témoignages d’amour d’un fils à sa mère et inversement ! ….On a frissonné à la lecture de ce texte remarquable…» FIP
 

LA PROMESSE DE L'AUBE

de Romain Gary
Editions Gallimard

Lecture par Stéphane Freiss

Durée 1h10

« Il n’est pas bon d’être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ca vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c’est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est ensuite obligé de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. »

Voilà plusieurs années que je lis ce texte en public. Lecture après lecture j’affine le montage…cruel que d’avoir à amputer un texte qui me tire une émotion presque à chaque page !
En rencontrant les mots de Gary, ses autres romans, les interviews qu’il a données, j’ai le sentiment assez ridicule d’être devenu un proche, tant je me retrouve dans ce qu’il dit, ce qu’il écrit, ce qu’il est aussi et ce cache – cache auquel il s’est livré toute sa vie. Gary et tous ses Pseudos, c’est nous tous dans notre complexité, notre fragilité, nos faiblesses et tout ce qu’il y a de splendide chez l’Homme aussi.

« J’ai toujours eu l’impression d’être celui-là » se dit-on quand on finit un de ses romans !
Roman Kacew, fils, fierté et revanche de Nina, sa mère. L’enfant qui ne l’a presque jamais quitté lui a donné une audace et une foi formidables.
Héros grâce à elle, et malgré elle. Jamais peut être le terme d’héroïsme n’a pris plus de sens. Il aurait dû mourir 5 fois, 10 fois. Mais il était convaincu que sa mère le protégeait de tout.

Il lui doit évidemment beaucoup.
Il ‘’apprend ‘’ la France par les récits fantastiques qu’elle lui en fait et déchante un peu évidemment quand il arrive à Nice à l’âge de 14 ans ; mais il dit « c’était trop tard, j’étais né ! »

Peu d’auteurs ont donné dans leurs écrits, l’impression d’aimer leur pays aussi fort, avec exaltation mais sans hystérie, avec une passion qui ne trahit jamais la raison et l’intelligence.
Ce que j’aime c’est son incroyable modernité. Son regard sur l’avenir du monde est étonnamment visionnaire.
Il est un des premiers par exemple à utiliser le mot « écologie » dans Les Racines du ciel, un des premiers à dénoncer les errances étriquées du nationalisme et à penser la place politique du féminin dans la société.

Sa quête profondément douloureuse qui l’a toujours conduit à ne jamais se satisfaire de ce qu’il était, à rire de lui avant de rire du monde, l’a amené à se projeter vers les autres pour mieux s’abandonner. Il a toujours cherché à se « désappartenir », à échapper à lui-même. Se désappartenir pour éviter de souffrir à cause des promesses que ne tient jamais la vie : je me retrouve dans ce désir-là, et c’est pour cela que j’ai choisi la forme de la lecture, la plus simple et la plus modeste possible, pour faire entendre l’évidence de la voix de Romain Gary.

Stéphane FREISS
Du jeudi 10 octobre au Vendredi 15 novembre 2019

19h : du mardi au samedi
17h : le dimanche

Durée : 1h10

Relâche le lundi
Relâches exceptionnels :
- les 9 et 10 novembre 

Attachée de presse

Dominique Racle
dominiqueracle@agencedrc.com
Diffusion
Horatio Production et Diffusion
Camille Caratti
diffusionhoratio@gmail.com
07.76.96.94.70
Catégorie 1 : 33€
Catégorie 2 : 24€
Catégorie 3 : 19€
Stéphane Freiss tient sa « Promesse » à l'Atelier 
L
e comédien offre une lecture limpide et chaleureuse de morceaux choisis du chef-d'oeuvre de Romain Gary, « La Promesse de l'aube », au théâtre de l'Atelier.
Une ode à l'amour des mères et de la littérature, en 1 h 10 chrono. LES ECHOS le 16/10

La force du désir maternel

... C’est avec beaucoup d’élégance, d’émotion et d’humour qu’il nous livre cette bouleversante histoire d’amour. Celle d’une mère – vue à travers le regard attendri mais lucide de son fils – qui voue un véritable culte à son enfant (elle le rêve tour à tour musicien prodige, chanteur d’opéra ou encore danseur étoile !). Un récit plein de vie . Un magnifique spectacle, touchant et juste, qui donne envie de se plonger dans les pages de ce texte plein de richesse. Véronique Tran Vinh - Des mots pour vous dire, 14 octobre

Stéphane Freiss fait passer toute l'émotion du livre Il ne cherche pas à composer Gary en train d'écrire ou de relire son texte. Il sait mettre la distance nécessaire pour qu'on écoute bien cet hymne à une mère hors du commun et qui a permis à son fils d'avoir le destin extraordinaire dont elle rêvait pour lui.
Philippe Person  - Froggy’s delight, 14 octobre

Romain Gary au coin du feu au Théâtre de l’Atelier
Seul sur scène, Stéphane Freiss se frotte avec beaucoup d’aisance à La Promesse de l’Aube. Rien de tel que la proximité pour abattre les barrières de ce classique.
Jean Talabot . LE FIGARO  18-10-19
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience et réaliser des statistiques de visites. OK
je m'inscris à la newsletter
Facebook Théatre Atelier Twitter Théatre Atelier Théatres parisiens associes